Dermatophyties - Teigne - Mycoses des chiens, chats, cobayes

Alopécie circulaire induite par Microsporum canis
Kerion: forme inflammatoire d'une dermatophytie
Examen microscopique d'un poils de cheval teigneux

Les dermatophyties (teigne) représentent une cause importante d’infection cutanée du chat et du chien. Elles sont dues à des champignons des genres Microsporum et Trychophyton; Microsporum canis constituant le champignon le plus souvent isolé.

Ces mycoses sont très préoccupantes car elles peuvent contaminer l’homme (zoonoses

Les signes cliniques

La teigne se manifeste de différentes façons chez le chien, le chat ou le cobaye mais également d'un individu à l'autre. Les signes cliniques sont :

  • d'une alopécie circulaire d’évolution centrifuge lente avec squames et croûtes
  • d'une dermatite érythémato-squameuse (rougeur et pellicules) parfois prurigineuse
  • d'une état kérato-séborrhéique généralisé qui s’exprime par une peau et un pelage gras
  • d'une dermatite squameuse généralisée (pellicules sur l’ensemble du corps)
  • d'une dermatite milliaire (multiples petites croûtes) chez le chat
  • d'une atteinte du lit de l’ongle (périonyxis) ou de l’ongle (onyxis)
  • d'une lésion enflammée localisée (kérion)

Le diagnostic

La suspicion clinique d'une teigne doit toujours être confirmée par un diagnostic expérimental rigoureux. Celui-ci repose principalement sur quatre examens complémentaires :

  • l’examen en lumière de Wood qui provoque une fluorescence violette des poils atteints
  • la mise en évidence microscopique de l’invasion fongique des poils
  • la culture fongique 
  • la mise en évidence de l’invasion pilaire ou de couche cornée à l’examen histopathologique

Le traitement

Bien que les dermatophyties puissent guérir spontanément en quelques mois chez des individus immunocompétents, il n’est pas du tout souhaitable de recommander une attitude expectative vu le caractère contagieux de la teigne et le risque de zoonose. Les objectifs du traitement seront donc d’accélérer la guérison, de diminuer ou prévenir la dissémination des spores dans le milieu et de limiter la contagion.

  • La tonte du pelage est conseillée (surtout chez les chats persans) car elle permet d’éliminer les poils infectés. Cependant, elle peut aggraver la situation pendant les premiers jours. En effet, lors celle-ci des spores sont disséminées dans l’environnement et des microtraumas cutanés sont créés favorisant la dissémination du champignon sur la peau
  • Les traitements topiques doivent être utilisés sur l’entièreté du corps dans la majorité des cas. Ils contribuent à limiter la contamination de l’environnement
  • Le traitement systémique (oral), les molécules les plus intéressantes sont la griséofulvine, le kétoconazole et l’itraconazole. En Belgique, seul l’itraconazole (Itrafungol™) est enregistré pour traiter les chats atteint de teigne
  • Le traitement de l’environnement est primordial car les spores peuvent survivre jusqu’à 18 mois dans l’environnement et il peut y avoir 1000 spores/m³ d’air dans une maison où séjourne un chat infesté. Le traitement doit être précédé d’un nettoyage mécanique avec utilisation d’un aspirateur dont le sac contaminé sera détruit. Les tissus, couvertures et coussins devraient idéalement être détruits. La désinfection des locaux doit suivre le nettoyage mécanique et doit impérativement être répétée pendant toute la durée de traitement de la teigne
  • La vaccination a fait naître de grand espoirs mais, jusqu’à présent, aucune évidence scientifique ne permet d’en recommander l’utilisation 

La teigne ne doit donc jamais être considérée comme une maladie peu importante. Son traitement doit être rigoureux car, en plus de guérir votre compagnon,  il est important d'éviter les contaminations humaines (zoonose).

Examen sous lumière de Wood (fluorescence des poils atteints par Microsporum canis)
Infection humaine à dermatophyte / Tinea corporis (Image Université Iowa)