Otites du chien et du chat - Vidéo-otoscopie

Les otites sont observées chez 7 à 16% des chiens et +/- 4% des chats. Les premiers symptômes (rougeur, secouement de la tête, grattage…) passent souvent inaperçus. Le plus souvent l’otite externe est le signe d’une cause sous-jacente comme une allergie (dermatite atopique), une anomalie hormonale, un défaut anatomique (sténose du conduit…), une humidité excessive ou un traitement inadapté . Elles sont un motif très fréquent de consultation en dermatologie vétérinaire

Un traitement local bien mené permet le plus souvent une résolution rapide des symptômes. Cependant certains cas tournent au vrai cauchemar. Il n’est pas rare de traiter des otites douloureuses et malodorantes anciennes de plusieurs années.

Une otite résulte souvent de plusieurs causes agissant de concert.

1. Les facteurs prédisposants:

  • La conformation: excès de poils dans les conduits auditifs, oreilles pendantes, conduits sténosés (étroits)...
  • L'humidité excessive: chien nageurs, environnement chaud et humide
  • Les obstructions du conduit: tumeur, polype chez le chat...
  • Les maladies diminuant les défenses de l'organisme
  • Les traumatismes liés au mauvais nettoyage auriculaire
  • ...

2. Les causes primaires à rechercher sont multiples. Parmi celles-ci les plus fréquentes sont :

  • Les otites parasitaires dues à Otodectes cynotis, demodex, Trombicula
  • Les otites allergiques (allergie alimentaire, allergie de contact, allergie alimentaire)
  • Les otites avec corps étranger (épillet de graminée, poils, sable…)
  • Les otites avec tumeur de la paroi du conduit auditif externe ou polype chez le chat
  • Les troubles endocriniens: hypothyroïdie, hormones sexuelles, maladie de Cushing 
  • Les anomalies de l'épithélium liées à une séborrhée excessive (Cocker Spaniel...)
  • Les maladies à médiation immune: réaction médicamenteuse...

3. Les causes secondaires surviennent ensuite et attirent l’attention du propriétaire. Les plus fréquentes sont :

  • Les bactéries (staphylocoques, streptocoques, pseudomonas…)
  • Les levures (malassezia, candida…)

4. Les facteurs "perpétuants" vont faire que l'otite qui semble guérie va récidiver car il reste des modifications de structure.

  • Les atteintes de l'épithélium: débris excessifs, mauvaise migration épithéliale...
  • Les atteintes du conduit auditif: oedème, sténose, calcifications, proliférations rendant le conduit moins aéré
  • Les modification glandulaires: hyperplasie des glandes cérumineuses, dilatation des glandes apocrines...
  • Les atteintes de l’oreille moyenne: rupture du tympan et passage de l’infection dans la bulle tympanique, débris dans l'oreille moyenne,otite moyenne...
  • Les atteintes de l’oreille interne qui se manifestent par des symptômes parfois spectaculaires : tête penchée, nystagmus (œil avec mouvements répétés horizontalement ou verticalement), pertes d’équilibre.

Il est indispensable pour réaliser un bon traitement de disposer d’un bon diagnostic. La méthode de travail doit être organisée et logique. Il est recommandé de réaliser :

  • Un bon examen des conduits auditifs externes (CAE). Cet examen requiert parfois la tranquillisation ou l’anesthésie générale de votre compagnon car la douleur ne permet pas un examen de qualité. L’otoscope simple permet un premier examen. Le vidéo-otoscope (vidéo-otoscopie): endoscopie des CAE) est nettement plus précis. Il assure une visualisation parfaite de la paroi du CAE mais également du tympan. Certaines tumeurs peuvent être biopsiées (prélèvement pour connaître la nature exacte d’une masse), les corps étrangers peuvent être retirés avec précision, et le nettoyage est effectué sous contrôle permanent. Vous visionnez en même temps que nous l’état de l’oreille de votre compagnon sur un écran de télévision.
  • Une cytologie qui consiste à prélever à l’aide d’un coton tige des cellules, du cérumen ou du pus pour l’analyser au microscope. Cet examen se fait immédiatement au cabinet. La flore locale (bactéries, levures) doit être identifiée pour adapter le traitement. 
  • Un prélèvement pour analyse laboratoire est effectué si la cytologie le justifie. Il permet d'identifier avec exactitude une bactérie responsable du pus et de choisir l'antibiotique le plus efficace (antibiogramme).
  • L’imagerie médicale : radiographie, résonance magnétique nucléaire et le scanner sont utiles lors d’obstruction des CAE car l’otoscope ne passe parfois plus dans certains conduits auditifs. Ces techniques permettent de bien observer les bulles tympaniques qui ne sont pas visibles autrement. Un traitement ciblé peut alors être proposé et, si la chirurgie est une option, la technique chirurgicale idéale peut être choisie.

Les traitements

  • Les traitements sont le plus souvent médicaux, en ayant toujours à l’esprit de traiter la cause exacte de l’otite.
  • Le nettoyage des conduits auditifs externes (idéalement réalisé avec le vidéo-otoscope) et parfois le nettoyage de la bulle tympanique après myringotomie (rupture du tympan) constitue l'acte principal du traitement d'une otite
  • Parfois, la chirurgie représente la seule alternative efficace pour soulager efficacement nos compagnons lors d’otite chronique.

En conclusion, l'otite est une atteinte dermatologique à ne pas négliger. Il faut toujours identifier la cause primaire par les techniques expliquées ci-dessus avant de traiter à l’aveugle votre compagnon. La vidéootoscopie permet parfois d'éviter des chirurgies conséquentes.

Tympan normal (chien) (osselet de l'oreille moyenne visible au travers du tympan)
Tympan normal (chien) (osselet de l'oreille moyenne visible au travers du tympan)
Tympan normal (Chat)
Tympan normal (Chat)
Polype chez un chat
Polype chez un chat