Dermatite à Malassezia - Otites à Malassezia

Les levures du genre Malasssezia ont une importance clinique reconnue depuis les années 1990. Les malassezia sont des levures lipophiles (croissance augmentée en présence de lipides) mais non lipo-dépendantes (elle peuvent se développer sans lipide) comme d’autres espèces de levures. Elles se présentent sous la forme de petits éléments microscopiques sphériques ou ovoïdes. Elles se reproduisent par bourgeonnements créant un bourrelet cicatriciel sur la cellule mère. Ce bourrelet donne à la levure un aspect dit en cacahuète, en quille ou en « poupée russe ».

Elle font partie de la flore cutanée et auriculaire normale du chien sain. On les retrouve préférentiellement au niveau des babines, des espaces interdigités, sur les membres, le thorax l’abdomen, et les régions vaginales et anales.

La mise en évidence de malassezia chez le chat n'est pas classique. Une maladie interne sérieuse doit être recherchée.

Les Basset Hounds, les Shih Tzu, les Beagles montrent une prédisposition raciale au déclenchement d’une dermatite (inflammation de la peau) liée à Malassezia. Une dermatite allergique comme la dermatite atopique canine, des endocrinopathies (hypothyroïdie…) et de nombreuses autres dermatoses  sont des facteurs de risque. Les races prédisposées varient cependant d’un pays à l’autre ! Une humidité excessive, une hypersécrétion de cérumen ou de sébum et la présence de plis cutanés favorisent l’apparition de la dermatite à Malassezia.

Symptômes:

La dermatite à Malassezia  se caractérise par un prurit (mordillement, léchage, grattage), de l’érythème (rougeur), parfois de l’alopécie (perte de poils) et par un état gras et squameux de la peau (pellicules). Une odeur rance est fréquente. La face antérieure du cou, la tête, les espaces interdigités, les ars et les aines sont les régions corporelles les plus souvent atteintes.
L’otite à Malassezia est très fréquente. Elle se caractérise par un chatouillement des oreilles, de l’érythème (rougeur) et par un cérumen brun mou à sec.

Diagnostic:

Le diagnostic repose sur l’aspect clinique des lésions et la mise en évidence des levures par examen cytologique (prélèvement de surface ou écouvillon du cérumen pour examen microscopique).  Les cultures fongiques sont rarement réalisées car la cytologie suffit le plus souvent à confirmer la suspicion clinique.

Traitements:

Pour la dermatite à Malassezia, il faut toujours  rechercher une dermatose sous-jacente ou associée. Les traitements utilisés lors de mycoses sont recommandés sous forme topique (externe) ou systémique (par la bouche).
Pour les otites à Malassezia, différentes gouttes ou pommades auriculaires contenant des antifongiques sont conseillées.

PS : les otites chroniques avec cérumen noir d’odeur rance sont bien plus souvent liées à la présence de Malassezia qu’à la persistance d’un parasite auriculaire. Les gales auriculaires récidivantes sont très rares. Demander à votre vétérinaire de confirmer le diagnostic par examen cytologique !