Tiques des chiens et chats

Les Tiques : une menace pour vous et votre chien !

Dans le Bénélux les tiques les plus importantes sont les tiques qui possèdent une carapace dorsale dures (Ixodidae). Ixodes ricinus en est le membre le plus répandu. Dans le sud de la Belgique, une tique originaire du sud de l’Europe peut également être observée : Dermacentor reticularis.  De plus, certaines tiques non adaptées à nos climats sont rapportées à l’occasion de voyages dans les pays méditerranéens et peuvent survivre dans nos maisons ou chenils (Rhipicephalus sanguineus). Ces tiques ne peuvent se nourrir que de votre sang ou de celui de votre animal.

Le cycle des tiques

Le cycle de développement de la tique est complexe avec différents repas sanguins souvent réalisés sur différents hôtes. Ixodes ricinus par exemple est une tique à 3 hôtes : les larves et nymphes parasitent des lézards, oiseaux ou rongeurs tandis que le stade adulte se retrouve chez les chiens et d’autres animaux domestiques ou mammifères sauvages. La taille de cette tique varie entre 3 et 11mm de long suivant qu’elle soit gorgée de sang ou non. La femelle remplie d’œufs tombe de son hôte pour pondre sur le sol entre 100 et 1000 œufs en une fois. Elle n’y survivra pas ! Les larves (6 pattes) éclosent après 2 à 36 semaines en fonction de la température ambiante et piquent un premier hôte duquel elles tombent après 2 à 12 jours.  Elles muent et deviennent des nymphes (8 pattes) dont la carapace se durcit. Les nymphes trouvent un second hôte sur lequel elles se nourrissent pendant 3 à 10 jours puis tombent sur le sol pour se transformer en tiques adultes et se reproduire. La durée minimale du cycle de la tique est de 20 semaines mais, en fait, il peut atteindre 2 à 4 ans ! Sans se nourrir une larve peut survivre 1 an, une nymphe 2 ans et une tique adulte jusque 27 mois.

La tique :  vecteur de maladie

En s’accrochant à la peau, la tique provoque des démangeaisons et des irritations voire parfois des réactions allergiques. Peu de parasites transportent autant de maladies virales et bactériennes que les tiques. Dans le Bénélux, la maladie de Lyme (Borreliose) est l’affection la plus importante transmise par les tiques. Cette maladie est provoquée par une bactérie spirochète nommée : « Borrelia burgdorferi ». En Hollande, la prévalence de l’infection par cette bactérie chez les tiques était de >2,4% chez les nymphes et de 14,3% chez les tiques adultes. La maladie de lyme est surtout dangereuse pour l’homme mais, elle peut parfois affecter le chien. Les symptômes chez celui-ci sont principalement de la fièvre, des boiteries, des atteintes rénales, cardiaques ou hépatiques. Une sérologie positive (présence d’anticorps dans le sang) ne signifie pas pour autant que l’animal est malade mais signe le plus souvent un contact antérieur sans conséquence clinique.
 Dans les régions méditerranéennes d’autres maladies dangereuses pour le chien peuvent également être transmises par des tiques comme Rhipicephalus sanguineus et Dermacentor reticulatus. La babésiose (piroplasmose) est provoquée par un parasite unicellulaire (Babesia canis) dont la transmission a lieu moins de 24 h après la fixation de la tique. Ce parasite détruit les globules rouges  et provoque de la fièvre, de la léthargie, de l’anorexie (le chien ne mange plus), des urines colorées en brun, de la jaunisse et, parfois, une mort rapide.
Rhipicephalus est également responsable de l’ehrlichiose et de l’hépatozoonose canine.

Comment retirer une tique fixée à votre corps ou à celui de votre animal de compagnie ?

Il est recommandé de retiré la tique en l’agrippant au plus près de la peau avec une pince à tique (en vente chez les vétérinaires) ou une petite pince courbe. Il ne faut pas tirer mais utiliser un mouvement rotatoire en évitant de séparer le corps de la tête. Le retrait de la tique doit être rapide afin d’éviter qu’elle ne vomisse les spirochètes dans le flux sanguin.  Les tiques sont retirées plus aisément si on utilise des insecticides, de l’alcool, de l’acétone et qu’on laisse agir ces produits quelques minutes. Cependant, ces méthodes qui anesthésient les tiques présentent l’inconvénient qu’elles favorisent la régurgitation de leur contenu (dont les Borrelia) dans l’organisme de l’hôte. La plaie de piqûre doit ensuite être soigneusement nettoyée et désinfectée.

Le traitement :
Pour traiter efficacement nos compagnons il faut tenir compte du milieu de vie de l’animal : urbain ou campagnard, en Belgique ou voyageant vers le sud de l’Europe. Il est recommandé de traiter l’animal (produits adulticides) mais également, lorsque cela est possible, son environnement.


Pour votre compagnon il est nécessaire:

  • D’éviter les endroits à risques (végétation basse, fougères… surtout lorsqu’il fait chaud et humide)
  • D’inspecter attentivement son pelage après chaque promenade à la campagne ou en forêt pour éliminer les tiques non encore fixées ou celles venant de se fixer et n’étant pas encore tuées par le produit anti-tiques
  • D’utiliser un bon produit adulticides tuant les tiques rapidement  (<24h)
  • D’utiliser un produit répulsif (qui écarte les tiques du pelage)
  • De respecter scrupuleusement  les doses et les intervalles entre les applications
  • D’utiliser le produit le plus adapté à l’espèce cible (chat, chien…)
  • De choisir le produit en fonction de son efficacité (effet répulsif, durée d’action, rapidité d'action…) et de sa facilité d’application (comprimé, spray, spot on, collier…)
  • De choisir le produit en fonction de son innocuité (absence de risques surtout lors d’application chez le chat) 

Copyright Luc Beco