Hygiène bucco-dentaire - Entretien - Risques

Détartrage

Les affections bucco-dentaires sont très fréquentes chez le chien et le chat. C’est le tartre qui en est la principale cause.L’apparition du tartre est précédée par celle de la plaque dentaire, composée de bactéries et de débris alimentaires. Les sels minéraux de la salive se déposent ensuite, le tout forme alors une structure dure : « le tartre ». Sa présence provoque une inflammation des tissus entourant les dents, appelée « gingivite ». L’animal a mauvaise haleine, on parle d’«halithose». La gingivite va en évoluant, provoquer une douleur chronique, pour arriver au stade appelé « maladie parodontale » ou « parodontite ». L’os qui soutient la dent est attaqué.

Ce phénomène dans les cas graves peut évoluer jusqu’à l’anorexie de l’animal, le déchaussement et la perte des dents, la formation d’abcès dentaires, des fractures de mâchoires chez les races naines, ou même encore des infections graves (cardiaque, respiratoire, rénale, hépatique…etc) à point de départ dentaire.

Les chiens de petites races (Yorkshire, bichon , caniche,…) sont souvent davantage atteints par le développement du tartre. De même, les chiens et chats brachycéphales (bouledogue, carlin, boxer, persan,…) dont les dents sont souvent mal positionnées et se chevauchent vont avoir en quasi permanence des  aliments piégés entre les dents ce qui va les rendre plus vulnérables.

On estime que plus de 85% des chiens de plus de 3 ans sont atteints de maladie parodontale.

Savez-vous qu'un chien ou chat présentant une plaque dentaire (tartre) associée à une maladie parodontale cours plus de risques de souffrir d'une:

  • pathologie cardiaque: endocardose ou endocardite
  • pathologie respiratoire: bronchite chronique,  fibrose pulmonaire
  • pathologie rénale: néphrite interstitielle, glomérulonéphite
  • pathologie hépatique: hépatite 

Ces risques sont dus à la circulation dans le sang de bactéries provenant de la bouche.

Votre vétérinaire peut vous aider à combattre la parodontite :

  • Lorsque le tartre est déjà bien présent, un détartrage méticuleux des dents de votre compagnon sous anesthésie générale légère s’impose. Votre vétérinaire procèdera  également à l’extraction des dents trop atteintes. L’intervention se termine par un polissage des dents qui a pour but de ralentir la nouvelle formation de tartre.
  • Le meilleur moyen de lutter contre l’apparition ou la réapparition du tartre est le brossage quotidien des dents de votre animal.  Habituez-le dès son plus jeune âge : patience et persévérance sont les clés du succès. Félicitez-le dès qu’il se laisse faire ; ainsi il associera cet acte à quelque chose d’agréable. N’utilisez en aucun cas des dentifrices conçus pour les humains qui peuvent être indigestes, voir toxiques lorsque avalés (car votre animal ne le recrachera pas). Les dentifrices vétérinaires ont un contenu et une saveur appropriés pour les animaux (goût de poulet).

Lorsque le brossage des dents n’est pas possible, d’autres alternatives s’offrent à vous :

  • des aliments "dentaires" sous forme de croquettes spécialement étudiées au niveau de leur taille et de leur texture pour leur propriétés abrasives sur le dépôt de tartre. Certaines contiennent même des substances qui piègent le calcium de la salive ce qui limite la formation du tartre. Ces aliments si particuliers ne sont diponibles que chez votre vétérinaire
  • des barres et des lamelles à mâcher complémentées en enzymes assurant une action antibactérienne.
  • des solutions buccales ("bains de bouche") à base de Xylitol que l’on ajoute à l’eau de boisson de l’animal peuvent prévenir le dépôt de tartre et donc ainsi les problèmes de mauvaise haleine .
  • les antibiotiques réduisent uniquement la flore bactérienne. Ils ne permettent donc qu'une amélioration temporaire car ils n'éliminent pas le dépôt minéral constituant le tartre

Plusieurs techniques de soins sont donc possibles pour assurer une bouche saine et une haleine fraîche à votre compagnon mais retenez que le brossage quotidien sur une dentition indemne de tartre est de loin le plus efficace.

Il est judicieux de présenter son jeune chien à son vétérinaire à l’âge de 6 mois pour un examen dentaire car c’est à ce moment que sa dentition définitive se met en place. Beaucoup de petits chiens comme les Yorkshires et les caniches ont des dents de laits qui persistent, provoquent gingivite et déviation des dents définitives. Dans ce cas votre vétérinaire procèdera à l’extraction des dents lactéales persistantes sous anesthésie.

Lorsque le tartre et la gingivite s'installent, que le brossage et les aliments abrasifs ne suffisent plus, il reste le détartrage et le pollissage des dents. Le détartrage se réalise avec le même matériel que celui employé par votre dentiste (détartreur à ultrasons et pollisseuses). Un détartrage réalisé tôt ne fait pas tomber les dents. Celles-ci peuvent tomber lors de la procédure si le tartre a fortement rétracté la gencive, ou si l'infection à altéré la qualité de l'os sous-jacent. Pour réaliser un détartrage de qualité votre compagnon devra être anesthésié car il perçoit les ultrasons et ne garde pas la bouche ouverte de longues minutes sans bouger. 

Lors de chaque visite de votre chien ou de votre chat chez son vétérinaire, celui-ci effectuera un examen complet de sa cavité buccale afin de vérifier l’état de ses dents et de ses gencives.

En conclusion, les soins dentaires doivent faire partie des soins hygiéniques de votre compagnon au même titre que les soins des yeux et des oreilles.